jeudi 29 octobre 2009

Jeux d'hiver d'Oslo de 1952

Depuis 1924, la Norvège avait fourni quelques-uns des plus grands champions des Jeux d'hiver : Sonja Henie, Thorleif Haug, Birger Rudd, Ivar Ballangrud, entre autres. En 1952, les Norvégiens virent une nouvelle génération des leurs s'affirmer sur la scène internationale. Le nouveau héros de la Norvège s'appelait Hjalmar Andersen, triple médaillé d'or en patinage de vitesse (1 500 m, 5 000 m et 10 000 m). Le public fut aussi témoin de l'émergence des patineurs néerlandais : Kess Broekman gagna deux médailles d'argent (5 000 m et 10 000 m) et Willem van der Voort remporta une médaille d'argent au 1 500 mètres. La Finlande s'imposa en ski de fond, autant chez les hommes que chez les femmes, avec des fondeurs comme Veikko Hakulinen et Lydia Wideman, tous les deux médaillés d'or. Deux Américains firent écarquiller les yeux des amateurs norvégiens. Dick Button conserva son titre en patinage artistique, élevant encore une fois le niveau de difficulté de sa performance. À Oslo, il devint le premier patineur à réussir un triple saut. La jeune skieuse Andrea Mead Lawrence, quant à elle, remporta deux médailles d'or (slalom, slalom géant). Lors du slalom, elle termina première, bien qu'elle eut chuté pendant la première manche.

Date des jeux : 14 février 1952 au 25 février 1952
Nombre de pays
: 30 comités olympiques nationaux

Nombre d'athlètes
: 694 (585 hommes et 109 femmes)

Nombre d'athlètes canadiens
: 39 (31 hommes et 8 femmes)

Porte-drapeau canadien
: Gordon Audley (patinage de vitesse)

Fait saillant canadien
: Le Canada remporta facilement la médaille d'or en hockey sur glace, marquant 71 buts au cours du tournoi.


Cliquer sur le lien suivant pour consulter les tous les résultats canadiens aux Jeux d'hiver d'Oslo : voir les résultats du Canada aux Jeux d'Oslo


mercredi 28 octobre 2009

Série mondiale

Ce soir, débute la Série mondiale et deux gagnants du trophée Cy-Young, Cliff Lee et C.C. Sabathia, vont s'affronter.

C'est la première fois depuis 1999 que deux gagnants du Cy-Young vont se faire face, alors que Rogers Clemens (Yankees de New York) fut confronté à John Smoltz (Braves d'Atlanta). Avant cela, il faut remonter à 1996 quand Tom Glavine (Braves d'Atlanta) affronta David Cone (Yankees de New York).

mardi 27 octobre 2009

Quiz sport

Ces gardiens de but québécois, André Gill, Mario Gosselin, Mario Lessard, Robert Perreault et Claude Pronovost, ont réussi un exploit inédit dans la Ligue nationale de hockey. Quel est-il ? Réponse le 3 novembre.

Réponse du quiz du 20 octobre : Le 14 mai 1977, les Canadiens de Montréal gagnaient la coupe Stanley contre les Bruins de Boston, alors que le 27 novembre 1977, les Alouettes de Montréal défaisaient les Eskimos d'Edmonton pour remporter la coupe Grey.

La NBA aux prises avec des nombreux problèmes

Au milieu des années 1950 la NBA pataugeait dans l'indifférence, les dirigeants avaient de la difficulté à vendre le produit. Ils devaient prendre une décision qui allait changer totalement le jeu ; ils imposèrent un temps de possession de 24 secondes. Cette décision sauve le basketball, en accélérant le jeu. Dorénavant l'attaque est de mise, fini le temps où une équipe contrôlait le ballon pendant cinq minutes avant de marquer un panier.

Les années 1950 et 1960 sont dominées par une superbe équipe, les Celtics de Boston. De 1959 à 1966, ils ont remporté huit titres consécutifs. L'entraîneur Red Auerbach a eu le génie de construire une équipe qui misait sur des contre-attaques rapides avec comme pièce maîtresse Bill Russell pour relancer l'attaque.

Ce sont les 76ers de Philadelphie qui ont mis fin au règne des Celtics en 1967. Cette année-là, les Sixers ont sans doute formé la meilleure équipe de l'histoire de la NBA, l'équivalent du Canadien de 1976-1977. Le chef de fil était Wilt Chamberlain, qui était bien entouré pour la première fois de sa carrière.

L'année suivante l'American Basketball Association (ABA) était fondée par Gary Davidson, celui qui fut aussi à l'origine de l'Association Mondiale de Hockey. L'ABA n'a jamais pu surpasser la NBA, puisque la majorité de ses équipes évoluaient dans des petits marchés, mais elle a réussi à faire trembler sa rivale. Le 17 juin 1976, la NBA accueillait quatre formations de la ABA, soit Denver, Indiana, San Antonio et New Jersey, ce qui mettait fin à la guerre entre les deux ligues.

La NBA vivait sa plus sérieuse crise au début des années 1980. La majorité des équipes perdaient de l'argent, les assistances périclitaient et comme insulte suprême même la télévision américaine la boudait. Par exemple le match décisif de la finale de 1980 fut présenté en différé. Le 31 mars 1983 la ligue adoptait une plafond salarial afin d'assainir les finances et en février 1984 on nommait David Stern comme commissaire, lui qui travaillait en coulisse depuis 1976 et qui fut le principal artisan du redressement de la ligue.

La LNH fonde la NBA

L'Association Nationale de Basketball (NBA) doit un gros merci à la Ligue Nationale de Hockey (LNH). Après tout, la NBA est une création de la LNH.

En 1946, deux ligues rivales de basketball s'affrontaient. La National Basketball League (NBL), fondée en 1937, regroupait des formations basées dans les petits marchés du Midwest américain et présentait le meilleur calibre de jeu. À l'opposée la Basketball Association of America (BAA), créée en 1946, s'établissait dans les grands centres. La BAA est mise sur pied par les propriétaires de la LNH qui cherchaient à maximiser l'utilisation de leurs arénas. Ainsi les propriétaires des Bruins, des Rangers, des Black Hawks, des Red Wings et des Maple Leafs se lançaient dans l'aventure du basketball avec leur expertise en marketing.

Dès 1948 une fusion entre les deux ligues semblaient éminente. À vrai dire la BAA allait absorber la NBL En 1948 et 1949 la BAA accueillait neuf équipes de la NBL Pour la saison 1949-1950 une nouvelle ligue voyait le jour : la NBA. La cohabitation entre les grands et les petits marchés s'est avérée très difficile. Avant le début de la saison 1950-1951, quatre formations de la défunte NBL cessaient leurs activités.

Cette même année, les premiers joueurs noirs se joignaient à la NBA. Il s'agissait de Chuck Cooper avec les Celtics et Net Clifton avec les Knicks. Auparavant les dirigeants des équipes refusaient d'engager des Noirs pour une raison bien simple; ils craingnaient de priver les Harlem Globetrotters de ses meilleurs éléments. Comme les propriétaires de basketball étaient avant tout des promoteurs, ils invitaient fréquemment les magiciens de Harlem pour divertir la foule avant les parties. Jamais ils n'auraient voulu être en brouille avec eux.

jeudi 22 octobre 2009

Jeux d'hiver de Saint-Moritz de 1948

Pour les premiers Jeux d'hiver après la Deuxième Guerre mondiale, la Suisse était toute désignée pour accueillir cet événement. Le ski alpin étant devenu officiellement une discipline olympique, les Suisses se frottaient les mains à l'idée de montrer leur supériorité à dévaler les pentes. Du côté masculin, c'est le Français Henri Oreiller qui vola la vedette lorsqu'il remporta la descente et le combiné alpin, en plus de mériter le bronze au slalom. Du côté féminin, la surprise fut de taille, car l'Américaine Gretchen Fraser dama le pion aux Européennes. Fraser remporta la médaille d'or au slalom et celle d'argent au combiné.

Le ski de fond fut l'affaire des Suédois, qui remportèrent six médailles sur une possibilité de neuf. La Suède enregistra un triplé dans l'épreuve de 18 km. En saut en ski, le Norvégien Birger Rudd, qui survécut aux camps de concentration nazis, réussit l'exploit de terminer au deuxième rang.

L'Américain Dick Button fut la grande vedette de ces Jeux. En patinage artistique, il ébahit le public et les juges avec son style athlétique, réussissant des sauts et des combinaisons de sauts d'une grande difficulté. D'ailleurs il fut le premier à réussir un double axel en compétition.

En hockey, les États-Unis ne participèrent pas au tournoi, bien qu'ils eussent délégué deux équipes nationales. Ils avaient envoyé à Saint-Moritz deux formations provenant de deux fédérations différentes. La Fédération internationale de hockey sur glace (F.I.H.G.) ne reconnaissait que l'équipe représentant l'American Hockey Association (A.H.A.), alors que le Comité olympique américain ne le faisait pas. Devant cette confusion, le C.I.O. bannit les deux équipes. Juste avant le début du tournoi, la F.I.G.H. réussit à convaincre le C.I.O. de permettre à l'équipe de l'A.H.A. de prendre part au tournoi, mais les parties que celle-ci disputa furent considérées comme hors concours.

Date des jeux : 30 janvier 1948 au 8 février 1948
Nombre de pays : 28 comités olympiques nationaux
Nombre d'athlètes : 669 (592 hommes et 77 femmes)
Nombre d'athlètes canadiens : 28 (24 hommes et 4 femmes)
Porte-drapeau canadien : Hubert Brooks (hockey)
Fait saillant canadien : Barbara Ann Scott fut médaillée d'or en patinage artistique. C'était la première médaille d'or du Canada dans un sport individuel aux Jeux olympiques d'hiver. Les trois premières médailles d'or gagnées par le Canada furent en hockey sur glace (1924, 1928, 1932).

Cliquer sur le lien suivant pour consulter les tous les résultats canadiens aux Jeux d'hiver de Saint-Moritz : voir les résultats du Canada aux Jeux de Saint-Moritz

mardi 20 octobre 2009

Quiz sport

Si les Alouettes de Montréal devaient remporter la coupe Grey en novembre 2009, cela donnerait à la ville de Montréal deux équipes championnes (avec l'Impact) au cours de la même année. Alors la question de cette semaine est fort simple : nommer l'année et les équipes la dernière fois où deux formations montréalaises furent championnes lors de la même année. Réponse le 27 octobre.

Réponse du quiz du 13 octobre : Michel Plasse, alors qu'il jouait pour les Blues de Kansas City de la Ligue centrale de hockey. Le 21 février 1971, Plasse a lancé la rondelle de sa propre zone dans le filet désert des Blazers de Oklahoma City qui avaient retiré leur gardien de but en faveur d'un sixième attaquant.

lundi 19 octobre 2009

La misère torontoise

Faut être courageux pour être un amateur de sports à Toronto en ce moment. Toutes leurs équipes sont médiocres. Il y a de quoi porter des sacs de papier.

Les Maple Leafs ont perdu leurs 7 premiers matchs et ils sont en voie de manquer les séries éliminatoires pour une cinquième saison consécutive. De quoi rappeler les éditions pitoyables des Leafs de Harold Ballard au début des années '80.


Les Blue Jays semblaient être sur la bonne voie en 2009. Au 18 mai, ils avaient le meilleur dossier de la Ligue américaine avec 27 victoires et 14 revers (3,5 parties d'avance sur les Red Sox et 4,5 sur les Yankees). Par la suite ce fut l'enfer ; du 19 mai au 6 octobre, les Jays ont présenté une fiche de 48 victoires et 73 défaites. Depuis une dizaine d'années, les Blue Jays sont éliminés avant le début de septembre et rien ne laisse croire que ce sera différent en 2010.


Les Argonauts de Toronto dans tout cela ? Si on retourne au mois de septembre 2008, ils ont perdu 21 de leurs 24 dernières rencontres. L'équipe est en vente et leur entraîneur Bart Andrus est une faillite totale. Au basketball, les Raptors pataugent dans la médiocrité depuis 14 ans. Seulement cinq participations en séries éliminatoires (et une seule série gagnée, ce fut en 2001 contre les Knicks de New York).

Ajouter à cela, les deux plus grandes vedettes des équipes torontoises, Roy Halladay (Blue Jays) et Chris Bosh (Raptors), pourraient quitter d'ici un an. Juste pour tourner le fer dans la plaie des amateurs de Toronto, Brian Burke a cédé son premier choix au repêchage de 2010 aux Bruins de Boston pour acquérir Phil Kessel. Un choix qui pourrait être le tout premier du repêchage si les Leafs continuent de la sorte. Décourageant. Espérons que leurs partisans ne vont pas passer du sac de papier au sac de plastique!

dimanche 18 octobre 2009

Bravo à l'Impact de Montréal


L'Impact de Montréal vient de remporter le titre des séries éliminatoires de la première division de la USL contre les Whitecaps de Vancouver. Une victoire décisive, Montréal ayant gagné le match aller (3 à 2) à Vancouver et le match retour (3 à 1) à Montréal. C'est un troisième titre pour l'Impact qui avait gagné celui de l'APSL en 1994 et celui de la A-League en 2004. L'Impact continue d'être un beau success story ; des matchs joués devant des gradins remplis à 95% au stade Saputo, la formation montréalaise est présentement la concession clef de la USL, car elle attire près de 25% de l'assistance totale de la ligue. Tout ce qui manque est le passage de l'Impact vers la Major League Soccer.

Si on fait un classement des championnats par les équipes montréalaises, l'Impact de Montréal vient de doubler les défunts Shamrocks de Montréal (deux coupes Stanley) et les Maroons de Montréal (deux coupes Stanley) et se rapproche des Wanderers de Montréal (quatre coupes Stanley), du A.A.A. de Montréal (quatre coupes Stanley), des Victorias de Montréal (cinq coupes Stanley) et des Alouettes de Montréal qui revendiquent cinq coupes Grey. Ce sont bien sûr les Canadiens de Montréal qui dominent ce palmarès avec 24 titres de la coupe Stanley, une avance fort confortable, quoique de la façon dont le club joue depuis quelques années...

Notons que les Canadiens Jr de Montréal ont gagné la coupe Memorial à trois occasions.

jeudi 15 octobre 2009

Jeux d'hiver de Garmisch Partenkirchen de 1936

C'est en Bavière que le C.I.O. fit face pour la première fois au nazisme. Les dignitaires du C.I.O. s'indignèrent des affiches antisémites placardées partout en Allemagne. Le C.I.O. insista pour camoufler cette propagande haineuse. Les dirigeants acceptèrent et, comme preuve de bonne volonté, ils invitèrent même Rudi Ball, un hockeyeur d'origine juive, à joindre l'équipe allemande. Cette invitation tenait plus de la réalité sportive, puisque Ball était le meilleur hockeyeur allemand.

Ce sont les Norvégiens qui ont remporté le plus fort total de médailles en Bavière. Sonja Henie, toujours aussi gracieuse, a triomphé pour la troisième fois consécutive en patinage artistique. Le patinage de vitesse fut l'affaire d'Ivar Ballangrud, qui a remporté quatre médailles, dont trois d'or. Oddbjorn Hagen a obtenu deux médailles d'argent en ski de fond (18 km et relais 40 km), en plus d'être champion olympique en combiné nordique. Le Norvégien Birger Rudd a gagné la médaille d'or au saut à ski (il fut prisonnier dans un camp de concentration allemand lors de la Deuxième Guerre mondiale).

L'Allemagne a bien réussi à Garmisch-Partenkirchen, car elle a remporté trois médailles d'or. Maxi Herber et Ernst Baier ont gagné en couple au patinage artistique, alors que Franz Pfnür et Christi Cranz ont triomphé lors du combiné alpin. C'était la première fois que le ski alpin était à l'ordre du jour des Jeux d'hiver.

Date des jeux : 6 février 1936 au 16 février 1936
Nombre de pays : 28 comités olympiques nationaux
Nombre d'athlètes : 646 (566 hommes et 80 femmes)
Nombre d'athlètes canadiens : 29 (22 hommes et 7 femmes)
Porte-drapeau canadien : aucun
Fait saillant canadien : en hockey sur glace, le Canada subit une première défaite aux Jeux olympiques, un revers de 2 à 1 contre la Grande-Bretagne, dont onze des treize joueurs étaient canadiens. Le Canada avait connu une séquence de 20 parties sans défaites (19 victoires et 1 nulle) entre 1920 et 1936.

Cliquer sur le lien suivant pour consulter les tous les résultats canadiens aux Jeux d'hiver de Garmisch Partenkirchen : voir les résultats du Canada aux Jeux de Garmisch Partenkirchen

mardi 13 octobre 2009

Quiz sport

Ancien des Canadiens de Montréal et des Nordiques de Québec, je suis le premier gardien de but à avoir marqué un but au hockey professionnel. Qui-suis-je? Réponse le 20 octobre.

Réponse du quiz du 7 octobre : Gordon Audley (patinage de vitesse sur longue piste) aux Jeux olympiques d'Olso en 1952.

jeudi 8 octobre 2009

Jeux d'hiver de Lake Placid de 1932

Lorsque Lake Placid s'est vu accorder les Jeux olympiques de 1932, plusieurs athlètes ont cherché en vain ce petit village sur leur carte géographique. Situé dans le nord de l'État de New York, Lake Placid ne comptait que 4 000 habitants et ne semblait pas apte à accueillir un événement de cette envergure.

Lake Placid a été un hôte de choix. Pour la première fois, les compétitions de patinage artistique et de hockey se sont déroulées sur une patinoire couverte. Ce nouvel environnement n'a pas nui à Sonja Henie, qui a conservé aisément sa couronne olympique. Chez les hommes, l'Autrichien Karl Schäfer détrôna le Suédois Gillis Grafström.


Les Américains ont dominé es épreuves de patinage de vitesse en triomphant dans les quatre finales. John Shea a gagné les sprints (500 mètres et 1 500 mètres), alors qu'Irving Jaffee s'imposait dans les courses d'endurance (5 000 mètres et 10 000 mètres). Les patineurs américains étaient avantagés parce que les courses se déroulaient selon la méthode américaine, c'est-à-dire qu'elles ne se faisaient pas par paires, mais avec tous les concurrents, à la manière des compétitions d'athlétisme.

Un exploit unique dans les annales de l'olympisme fut réalisé en bobsleigh. Edward Egan, des États-Unis, était membre de bob à quatre qui a remporté l'or. Ce même Egan avait préalablement remporté la médaille d'or en boxe dans la catégorie mi-lourds aux Jeux olympiques d'Anvers en 1920. Egan devint ainsi le premier athlète olympique à avoir obtenu une médaille d'or aux Jeux d'été et aux Jeux d'hiver.


Date des jeux : 4 février 1932 au 15 février 1932

Nombre de pays : 17 comités olympiques nationaux

Nombre d'athlètes : 252 (231 hommes et 21 femmes)

Nombre d'athlètes canadiens : 42 (38 hommes et 4 femmes)

Porte-drapeau canadien : Harold « Hack » Simpson (hockey)

Fait saillant canadien : les patineurs de vitesse canadiens ont très bien fait à Lake Placid, remportant quatre médailles ; Alexander Hurd en a gagné deux, devenant le premier athlète canadien à être multi médaillé aux Jeux d'hiver.


Cliquer sur le lien suivant pour consulter les tous les résultats canadiens aux Jeux d'hiver de Lake Placid : voir les résultats du Canada aux Jeux de Lake Placid

mercredi 7 octobre 2009

Quiz sport

Qui suis-je ? Je suis le premier athlète d'un sport individuel à être le porte-drapeau du Canada aux Jeux olympiques d'hiver. Réponse le 20 octobre.

Réponse du quiz du 29 septembre : les Eskimos d'Edmonton qui ont remporté la coupe Grey à cinq reprises entre 1978 et 1982.

samedi 3 octobre 2009

Un 1 000e match pour Martin Brodeur

Félicitations à Martin Brodeur qui va disputer ce soir un 1 000e match en saison dans la LNH devant ainsi le deuxième gardien de but de l'histoire à atteindre ce plateau. Patrick Roy détient la marque avec 1 029 parties en saison.

vendredi 2 octobre 2009

Ce sera Rio de Janeiro en 2016


Le propre de l'historien est d'étudier le passé, pas de prédire l'avenir (voir ma prédiction). Chicago a été éliminé dès le premier tour (plusieurs y voit un vote anti-américain) à la surprise de tous, Chicago étant la grande favorite. Les gens du C.I.O. aiment les villes candidates qui ont de la persévérance ; Rio et Madrid n'en étant pas à leurs premières candidatures, alors que Chicago faisait campagne pour la première fois.

Rio de Janeiro l'a emporté au troisième tour devant Madrid. Félicitations à Rio et vivement des J.O. sous un air de samba dans sept ans.

Voici l'allure du scrutin:

Premier tour
Madrid : 28 votes
Rio de Janeiro : 26 votes
Tokyo : 22 votes
Chicago : 18 votes (éliminé)

Deuxième tour
Rio de Janeiro : 46 votes
Madrid : 29 votes
Tokyo : 20 votes (éliminé)

Troisième tour
Rio de Janeiro : 66 votes
Madrid : 32 votes (éliminé)

Jeux d'hiver de Saint-Moritz de 1928


À Saint-Moritz, le monde entier a découvert une jeune prodige du patinage artistique. La Norvégienne Sonja Henie, âgée de 15 ans, remporta la médaille d'or. Non seulement incarna-t-elle la grâce et la perfection technique sur le plan des figures requises, mais elle se distingua par son côté créatif. Henie fut la première patineuse à incorporer une chorégraphie à son numéro. Le sport qui l'a rendue célèbre devint vraiment artistique grâce à elle, qui interpréta un programme sous le thème de la mort du cygne. Du côté masculin, le Suédois Gillis Grafstrom remporta l'or, conservant son titre acquis en 1920 et en 1924.

L'épreuve du bobsleigh à cinq hommes (ce fut la seule fois où le bobsleigh compta une épreuve à cinq) fut dominé par les États-Unis, qui ont remporté les médailles d'or et d'argent. L'équipe gagnante était très peu expérimentée, puisque trois bobeurs, Nion Tucker, Geoffrey Mason et Richard Parke, furent recrutés par une petite annonce dans le New York Herald Tribune quelques semaines avant le début de la compétition.


Un autre Américain, Irving Jaffee, aurait pu ajouter une médaille d'or au total de son pays, mais il fut privé de cet honneur d'une façon injuste. Lors du 10 000 mètres en patinage de vitesse, Jaffee occupait le premier rang, après que sept des dix concurrents eurent couru, lorsque la glace se mit à fondre. Les officiels annulèrent la course, qui ne fut jamais reprise.

Date des jeux : 11 février 1928 au 19 février 1928
Nombre de pays : 25 comités olympiques nationaux
Nombre d'athlètes : 464 (438 hommes et 26 femmes)
Nombre d'athlètes canadiens : 23 (20 hommes et 3 femmes)
Porte-drapeau canadien : John Porter (hockey)
Fait saillant canadien : en hockey, le Canada fut qualifié automatiquement pour la phase finale. Lors de cette ronde finale, la formation canadienne a gagné ses 3 parties, marquant 38 buts et obtenant 3 jeux blancs.

Cliquer sur le lien suivant pour consulter les tous les résultats canadiens aux Jeux d'hiver de Saint-Moritz : voir les résultats du Canada aux Jeux de Saint-Moritz

Les présentations des villes candidates de 2016

En ce moment, en direct sur www.universalsports.com, les présentations des villes candidates pour les Jeux olympiques d'été de 2016.

Le coeur avec Rio, la raison avec Chicago

C'est aujourd'hui que l'on va connaître quelle ville va obtenir les Jeux olympiques d'été de 2016. Les villes candidates sont : Tokyo, Madrid, Rio de Janeiro et Chicago.

Tokyo et Madrid sont les grandes négligées ; huit années après les Jeux de Beijing (2008), un retour en Asie semble trop rapide, alors que Madrid suivrait les Jeux de Londres (2012). L'Europe n'a pas présenté deux Jeux olympiques consécutifs depuis Londres en 1948 et Helsinki en 1952.

Rio de Janeiro pourrait être la première ville d'Amérique du Sud à obtenir ces Jeux. Le pays a la capacité d'organiser un tel événement. Rio de Janeiro a été la ville hôtesse des Jeux panaméricains en 2007 et le Brésil sera l'hôte de la coupe du monde de 2014. Autant j'aimerais voir Rio gagner, j'ai le sentiment que Chicago va l'emporter. Quand Tiger Woods a affirmé cet été qu'il participerait aux Jeux olympiques de 2016 si le golf est ajouté au programme, il a fait pencher la balance en faveur de Chicago. Les bonzes du C.I.O. salivent déjà en pensant à Tiger Woods comme porte drapeau des États-Unis lors de la cérémonie d'ouverture.


On peut voir les présentations et les résultats sur http://www.universalsports.com/